Didier Quesne

Chercheur et professeur de géologie à l’université de Dijon, Didier Quesne parcourt le monde à la recherche de strates (on ne sait pas trop si c’est du Cambrien ou du Trias…).
Ses passions sont nombreuses et vont du kendo (sabre en bois japonais) – qu’il pratique depuis plusieurs années – aux longues balades en forêt. Entre ses voyages en Afrique et les soutenances de thèse de ses étudiants, il écrit des romans de fantasy et de SF.
Ne se définissant pas comme un auteur, mais plutôt comme un conteur, Didier Quesne nous apprend qu’il est passé à l’écriture le jour où ses enfants sont devenus trop grands pour qu’il leur raconte des histoires, le soir à la veillée.
Lecteur invétéré, il aime lire de tout : du roman de SF et de polar, du pavé scientifique, de l’essai philosophique, des recettes de cuisine au mode d’emploi des grille-pains.
Pour élaborer ses histoires, il s’inspire autant de ses lectures et de ses voyages que de ses réflexions.
Auteur humaniste et passionné, il défend des thèmes comme la place de la femme dans la société, le rapport à l’autre ou la bestialité qui réside en chacun d’entre nous.
Il est (déjà) l’auteur de douze romans, tous parus aux éditions Nestiveqnen

Comment Didier Quesne écrit-il ses romans ?

« Chacun de mes bouquins a été écrit dans les mêmes conditions, c’est-à-dire sans plan défini, sans fiche d’écriture (je crois que ça se fait parfois…), sans idée préconçue quant à l’évolution de l’histoire, de sa trame. Ils sont tous venus d’une idée, d’une image, d’un mot… Ils ont été écrits dans n’importe quelle condition. Sur un portable dans un train, dans une voiture, sur un bureau, une table de cuisine. Phrase après phrase, ou page après page, cela dépend. Je ne dis pas cela par coquetterie, c’est la vérité vraie. Le seul qui soit un petit peu sorti de cette façon de faire, c’est Leh’cim. »

Didier Quesne