Les Larmes de Yada

Les larmes de Yada
Lilie Bagage

Collection Fractales Science-Fiction (FF 75)
juin 2017
252 pages
ISBN : 978-2-915653-78-6
Prix :
19 € (papier)
État : disponible

Illustration : Philippe Jozelon


Une émouvante histoire de voyage dans le temps

Lyon – 2092.

L’eau de Yāda est une drogue très en vogue chez les personnes âgées : la molécule ravive leurs souvenirs.

Le temps d’un trip, Asha – 70 ans – rejoue la mélodie vibrante de sa jeunesse et retrouve sa vie d’antan, celle d’avant les regrets… Les souvenirs sont si réels qu’ils donnent l’illusion parfaite de les revivre…

Mais voilà que lors d’un voyage dans ses souvenirs, Asha parvient à modifier un détail dans la trame de son passé. Cela aura-t-il une répercussion sur son présent ?

Les premières lignes

Les notes de tampoura chantent dans le matin.

Une seconde, une goutte de klé suffit. Une vibration plus tard, je retranche soixante-trois ans. Et me voilà de retour à Bhopal dans mon Inde natale, pile pour la fête des couleurs de mes sept printemps.

La coïncidence veut que, cette année, mon anniversaire tombe la même journée. La maisonnée s’affaire déjà tandis que l’astre du jour caresse, timide, la pierre rose de notre demeure. Dissimulée depuis deux bonnes heures derrière l’un des lourds rideaux de la bibliothèque familiale, je me laisse bercer par le râga en provenance du salon. Sous drogue, la musique de mon enfance me guide. Elle donne le tempo à ces sauts dans le temps. Je passe une petite main dans les cheveux bruns d’antan, coince une mèche rebelle derrière une oreille ; le reste de ma chevelure est emprisonné dans la longue tresse que ma mère sculptait chaque soir avant de me border.

À travers la vitre, je contemple le théâtre du deuxième jour de la Holi. Ce dernier débute à peine, mais déjà les passants échangent cadeaux colorés contre mots d’excuses. Le bruit de la ville est étouffé par le verre ; je ressens comme un malaise, il y a un décalage entre le son et l’image.

L’auteure

L’illustrateur

Lilie Bagage est tombée dans la marmite de l’écriture quand elle était toute petite. Puis elle a croisé les fées de l’imaginaire et fait la connaissance de Ray Bradbury, Roger Zelazny, Philip K. Dick ou Terry Pratchett. Grâce à eux, elle en tenait enfin la preuve : l’univers était multiple. Elle a ensuite quitté son île natale, s’est installée dans la région lyonnaise et validé des diplômes (certains scientifiques, d’autres moins). Par-dessus tout, Lilie aime se réfugier dans les salles obscures, se balader dans des mondes (virtuels ou réels), lire sous la couette et rêver. Lorsqu’elle n’est pas en train de jouer les documentalistes, elle gribouille des nouvelles et écrit des romans.

Né en 1966, Philippe Jozelon sort diplômé de la prestigieuse école Emile Cohl de Lyon en 1987. À partir de 1995, il devient illustrateur free-lance et réalise de nombreuses couvertures de romans (J’ai Lu, Hachette, Denoël, Pocket, Fleuve Noir…) et de revues (Galaxie, Ténèbres…).

En 1998, il reçoit le Prix Ozone de la meilleure illustration et en 1999, le Grand Prix de l’Imaginaire pour les illustrations de La Compagnie des Glaces, aux éditions Fleuve Noir.