La lande aux sorciers

La lande aux sorciers
Didier Quesne

Collection Fractales Fantasy (FF 58)
juillet 2005
240 pages
ISBN : 978-2-915653-27-4
Prix : 17,30 €
État : disponible

Illustration : Jérémy Masson

Duel sur la lande…

Lorsqu’il reprend possession de son domaine familial, le comte de Trézel doit regagner la confiance de son peuple : voilà plusieurs dizaines d’années, avec la disparition de son grand-père, que plus aucun comte n’est revenu sur ce territoire de landes arides.

Très vite, il s’aperçoit que les magiciens du royaume voient d’un très mauvais œil qu’il refuse de s’entourer de leur aide pour la gestion de son domaine. Mais Trézel reste fermement campé sur ses positions : ce sont les mages qui sont à l’origine de la destitution de son domaine, et même s’il doit déplaire au roi, Trézel ne flanchera pas.

La confrontation est-elle inévitable ?

Les premières lignes

Comme d’habitude à cette période, la lande était sombre et vaporeuse, noire et mystérieuse. Portée par le vent qui venait de la terre, l’odeur de la tourbe et de la bruyère mouillée montait lentement et imprégnait les buissons et les rares tamaris qui tentaient de pousser malgré le sel et les tempêtes. Dans les parties les plus sauvages, les rochers usés par le temps et la pluie étaient transformés en vagues immobiles par les mousses. Elles poussaient jusqu’à former un tapis épais qui estompait les aspérités, les reliefs, et paraient, lors de rares rayons de soleil, la morne étendue de reflets vert doré.

L’auteur

Professeur de géologie à l’université de Dijon, Didier Quesne cultive de nombreuses passions qui vont des longues balades en forêt à la pratique du kendo (sabre en bois japonais).
Il a toujours aimé lire. Dans tous les genres : du roman de S-F au polar, en passant par l’essai philosophique, le pavé scientifique, les recettes de cuisine ou les modes d’emploi de grille-pain.
Pour ses enfants, il a toujours aimé raconter des histoires, le plus souvent inventées. Passé à l’écriture voici plusieurs années, il s’y plaît et entend y rester.

Comment « La lande aux sorciers » a été écrit ?

La lande aux sorciers, vu par Didier Quesne

« J’aime les paysages de lande, l’ambiance particulière qui y règne, l’idée que l’océan n’est pas très loin et que sa présence se ressent dans l’air, dans le sol, dans le vent mouillé et les cris des goélands. Ce bouquin est venu de l’envie de respirer cet air. Il a parfois été un petit peu compliqué à écrire, car je ne suis pas très rigoureux dans mon écriture et il semble que ce soit le type même d’histoire pour laquelle il aurait fallu bâtir un organigramme complet, de façon à ne pas se perdre dans la généalogie des Trézel, bien qu’elle ne soit pas compliquée. Bref. Le premier personnage que j’aie « vu » a été la Lande. Ensuite, des gens l’ont habitée, s’y sont battus pour des raisons importantes. On se bat toujours pour des raisons qui nous paraissent importantes. À partir du moment où le jeune comte du Trézel est apparu dans la lande, le bouquin était pratiquement écrit. Il s’est déroulé sur mon clavier sans anicroche, sans hésitation particulière, si ce n’est le choix d’un nom, ou d’un lieu, mais toute la trame de l’histoire a été logique. »

Didier Quesne

Les autres romans de Didier Quesne

Cycle « Sanglornis prima » de Didier Quesne

Une série qui commence en science-fiction et qui s’achève en fantasy.

Les hommes ont créé leur ultime prédateur. Parviendront-ils à s’en débarrasser ou devront-ils s’adapter ?