Leh’cim, l’ombre des remparts

Leh’cim, l’ombre des remparts
Didier Quesne

Collection Fractales Fantasy (FF 42)
juillet 2004
224 pages
ISBN : 978-2-910899-98-1
Prix :
13,70 € (papier)
3,20 € (numérique)
État : disponible

Illustration : Sandrine Gestin

L’ombre rôde sur la ville…

Lorsque les cloches de la ville se mettent à sonner d’elles-mêmes, les habitants de cette bourgade tranquille commencent à s’inquiéter. Et ils font bien, car le mal est déjà dans leur ville. Bientôt il prendra possession des femmes, pour les rendre folles et les laisser pantelantes. Puis il s’attaquera aux hommes, qui avant de mourir, ne parviendront à laisser échapper qu’un seul mot : Leh’cim…
Envoyés pour enquêter sur les crimes qui gagnent la ville entière, Jacques et Amo seront confrontés à une horreur indicible, insoupçonnable…
Mais déjà le mal gagne du terrain et il rongera bientôt la capitale.


Numérique



Papier


Les premières lignes

Un cri rauque, apporté par le vent du Nord. Une corneille, sans doute. L’homme fit avancer son cheval. La brume noyait le paysage, mais s’effilochait par moments, révélant des vallons couverts d’arbres alourdis par la neige. Rien ne bougeait, tout semblait figé sous l’épais linceul blanc.

Le cri recommença, plus proche. Le brouillard, poussé par un léger souffle de vent, se leva sur sa droite. Un bruit soudain lui fit tourner la tête ; l’oiseau noir s’envola, effrayé par la brusque proximité du cavalier et de sa monture, puis disparut dans la brume en croassant.

L’auteur

L’illustratrice

Professeur de géologie à l’université de Dijon, Didier Quesne cultive de nombreuses passions qui vont des longues balades en forêt à la pratique du kendo (sabre en bois japonais).
Il a toujours aimé lire. Dans tous les genres : du roman de S-F au polar, en passant par l’essai philosophique, le pavé scientifique, les recettes de cuisine ou les modes d’emploi de grille-pain.
Pour ses enfants, il a toujours aimé raconter des histoires, le plus souvent inventées. Passé à l’écriture voici plusieurs années, il s’y plaît et entend y rester.

Née en 1969 à Quimper (France), Sandrine Gestin s’est toujours imprégnée de la culture et de l’imaginaire celtique. Cette inspiration se retrouve dans ses tableaux, au même titre que ses influences picturales : les préraphaélites, Vermeer… Après des études à l’ESAG, elle se tourne vers le monde de la presse, la revue et le jeu vidéo ; mais c’est l’édition qui lui donne ses lettres de noblesse, lorsqu’elle réalise en 1994 sa première couverture de roman. Depuis, elle a travaillé pour les plus grands éditeurs.

Sandrine Gestin a quitté Paris pour s’installer dans un village médiéval, dans le Lot.

Les autres romans de Didier Quesne

Cycle « Sanglornis prima » de Didier Quesne

Une série qui commence en science-fiction et qui s’achève en fantasy.

Les hommes ont créé leur ultime prédateur. Parviendront-ils à s’en débarrasser ou devront-ils s’adapter ?